jeudi 25 décembre 2014

Périple Beaujolais-Jura

Je vais ici tenter de faire un compte rendu de mon week-end dans le Beaujolais et le Jura. Voilà deux belles régions pour l'amateur de vin que je suis. On y trouve de très beaux terroirs mais, pour d'obscures raisons historiques, il n'est pas forcément facile d'en vendre les vins. Il en résulte que de belles parcelles sont encore abordables ce qui permet à des jeunes de s'installer. Avec d'autres, moins jeunes, quitte à galérer à vendre leurs vins ils choisissent de prendre des risques en adoptant une démarche nature. Lorsque cela est réussi ils sortent du lot et vendent bien mieux leur production à un tarif un peu plus élevé que la moyenne. Si le vigneron vit mieux c'est également une bonne affaire pour les amateurs qui trouvent de très bons vins à des prix bien inférieurs à ceux pratiqués dans des appellations plus prestigieuses.

Dans le Beaujolais nous avons rencontré Michel Guignier qui nous a accueilli dans ses vignes puis dans sa cave. Michel n'est pas un jeune qui vient de s'installer mais avec sa femme il a fait un choix de vie qui implique sa façon de travailler: le plus naturel possible. Le sol des vignes semble extrêmement vivant. Les coteaux sont beaux, isolés sur les hauteurs. L'accueil de Michel est agréable et beaucoup de bouteilles ont été débouchées. Je retiens en particulier des 2011 en grande forme avec la Bonne Pioche (vigne de beaujolais village) et le Moncailleux (vigne de moulin à vent) offrant de multiples parfums et de la fraicheur sans oublier le fond. Après ce premier rendez-vous nous devions rencontrer Christian Ducroux mais celui-ci s'avérera être injoignable; peut-être pour une autre fois...

Direction le Jura où pour notre premier rendez-vous nous rencontrons Emilie Porteret du domaine des Bodines. Ici il s'agit bien d'un couple de jeunes qui vient de s'installer. L'accueil est particulièrement sympathique et les vins, surtout les rouges 2013, excellents: les trois cépages du Jura, à savoir le poulsard, le trousseau et le pinot noir sont tous issu d'une parcelle à proximité d'Arbois. Leur maison et leur cave jouxte cette belle vigne vallonnée.

En fin de matinée nous allons chez Overnoy où Emanuel Houillon nous accueille avec un groupe de jeunes (et de moins jeunes) en BTS œno à Beaune. La dégustation est passionnante avec ses jeunes gens avides de savoir et pour certains en pleine découverte de ce type de vins. En plus, ce jour là les vins goutent bien avec un beau ploussard 2012 offrant de subtiles notes épicées et une fraicheur toute redoutable, un chardonnay 2009 ouillé 4 ans du niveau d'un premier cru bourguignon avec en plus une tension toute jurassienne, un savagnin 2011 encore plein de jeunesse et le savagnin 2004 longuement ouillé à la persistance toute émouvante... A la fin je fais des envieux avec mes quelques bouteilles et mon pain offert par Pierre Overnoy lui-même!

Nous finissons notre journée, toujours à Pupillin, mais cette fois chez Adeline Houillon et Renaud Bruyère. Bien que ce domaine soit tout jeune, il n'y a pas grand chose à vendre. Mais pour la première fois on nous propose une dégustation des vins en cours d'élevage. Les parcelles sont nombreuses, les cépages également et je n'ai pas pris de notes... Mon impression générale concernant les 2013 blancs (le rouge a été vendu...) est que l'on a là des vins plein d'énergie, plein de fraicheur avec toujours de beaux équilibres. Ce ne sont pas des petits vins natures, se sont plutôt des beaux vins de gastronomie sans soufre ajouté.

Notons en plus des visites chez les vignerons, deux très belles adresses: Le Grapiot à Pupillin, dont je vous ai déjà parlé, est égal à lui même avec un beau menu au prix très attractif mais surtout une carte des vins tout simplement exceptionnelle avec des tarifs proches de ceux des cavistes. Cela fut l'occasion de re-gouter le Macon-Chaintré 2009 de Valette, et surtout de découvrir l'immense Vosne Romanée les Hautes Maizières 2010 de Prieuré Roch: je pense que ce fut mon plus beau bourgogne rouge. J'ai eu des frissons à la première gorgée...

Autre adresse, beaucoup plus rustique mais tellement agréable. Le bistrot de Claquets à Arbois où dans une ambiance super sympa nous avons mangé un plat de tripes accompagné du beaujolais nouveau de Ducroux: un très beau moment!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Follow by Email