jeudi 21 juin 2012

Une Pialade plutôt qu'un Chateauneuf quelconque


Côte du Rhône 2005, La Pialade d'Emmanuel Reynaud: Lorsque je rentre de Châteauneuf du Pape (CdP), il n'y a en général pas beaucoup de vins de CdP dans ma voiture. En effet, je trouve qu'il est assez difficile de trouver un bon CdP: riche comme le veut la tradition, mais en même temps fin comme chaque bon vin doit l'être. Surtout qu'en général le prix demandé pousse a être exigeant. En revanche, ayant la chance d'être client depuis plusieurs années chez Reynaud (Château Rayas pour ceux qui ne connaissent pas), je fais le plein de Pialade. Ce Côte du Rhône, vinifié à Rayas même (lieu mythique s'il en est) par ce personnage haut en couleur, est le fruit des jeunes vignes (moins de 20 ans) de Rayas et de Fonsalette. Ce vin, qui donne une image très juste du style Reynaud, c'est à dire finesse et sensualité, est vinifié afin d'être bu rapidement; mais tout est relatif. En effet, ce 2005 (grand millésime) commence enfin a trouver son équilibre avec une finale exprimant plus les arômes que l'alcool. Le nez est magnifique sur des notes de figues, de laurier, de fraises confites à la cassonade. La bouche, dans le même registre, offre une matière d'apparence légère avec un touché de bouche sensuel. L'alcool est très bien intégré, et même en se réchauffant, le vin reste superbe. Très bon avec des aubergines farcies (bœuf, oignons, pain, coriandre...).
Superbe robe pour ce vin exprimant la délicatesse plutôt que le force du sud

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Follow by Email