mercredi 29 octobre 2014

Sept sur Sept

Repas entre fines gueules passionnées de vin à la maison à l'occasion d'un anniversaire: sept bouteilles pour sept mangeurs. On commence l'apéro avec deux champagnes. Le Fallet-Prévostat propose un beau nez au caractère oxydatif lui donnant une forme de complexité. La bouche est assez puissante, sapide et tonique. Le second champagne, Les Rachais 2007 de Francis Boulard, offre un profil plus moderne et en même temps très délicat. Le nez encore un peu lactique est celui d'un vin jeune mais il est très fin avec à mon avis plus de complexité que le précédent. La bouche est caressante, aérienne avec un très bel équilibre. J'ai beaucoup aimé. Ayant prévu un apéro méditerranéen avec entre autre de l'anchoïade s'accordant mal au champagne, je sors une bouteille de Canta Manãna 2012 de Castex. Le vin ne fait pas l'unanimité certains le trouvant trop rond, d'autres avec un gout de pomme. Moi je le trouve comme d'habitude, c'est à dire parfait dans son style avec un nez fleuri et une bouche fraiche et pleine d'énergie.

On passe à table avec comme plat unique une tourte de faisan, des légumes d'automne et la cuisse cuite en pot-au-feu (pas assez cuite d'ailleurs car elle reste encore un peu ferme). On commence avec le Chinon Les Roches 1989 de Lenoir. Comme la dernière fois le nez est dominé par la réduction faisant penser au goût de bouchon. Malheureusement, malgré un passage de 2h en carafe, cela ne partira pas. Néanmoins la bouche est fine, longue, pleine de jeunesse et de fruits. J'aime beaucoup. Je sers ensuite le Nuits St George 1er Cru VV 2010 de Prieuré Roch. Le vin est magnifique en associant la fraicheur avec de superbes notes mentholées, la puissance avec une densité tannique importante et la finesse aboutissant à un ensemble parfaitement harmonieux. J'ai beaucoup aimé même si j'attendais une aromatique encore plus captivante. Histoire de faire une transition avant le fromage on finit les rouges avec un Ploussard 2011 d'Houillon. J'aime la liberté qu'il y a dans ce vin tellement évident et gourmand. Malgré toutes ses qualités le passage après le Nuits St George n'est pas évident.

Avec le plateau de fromages de chèvre on ouvre un Chablis Blanchot 2003 de Raveneau. On est indiscutablement face à un vin totalement abouti offrant un grand nez complexe et une bouche pleine et profonde. Difficile d'y déceler la canicule de 2003 qui s'exprime peut-être à travers une largeur peu commune pour l'appellation.

Ce soir les deux bourgognes auront écrasé de toutes leurs classes la concurrence!

 Légumes et fruits d'automne nous régalent quotidiennement.

Les sept cartouches

2 commentaires:

  1. Peut-être le Picasses 1989 d'Olga Raffault vous interesserait. J'ai beaucoup aimé la bouteille que j'ai bu l'année dernière. Comme Lenoir, la domaine garde des anciennes millésimes.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai déjà eu l'occasion de boire une vieille bouteille d'Olga Raffault; j'en garde un bon souvenir.

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

Follow by Email