mercredi 23 avril 2014

Le fruit: l'ennemi du terroir?

Sur le câble, la chaîne Edonys est dédiée au vin. Notez que cette chaîne est localisée en Belgique car le droit français ne peut la tolérer... On y voit divers reportages très éclectiques. J'y ai en l'occurrence vu un court métrage sur M. Chapoutier; un espèce de film publicitaire. Durant ce film M. Chapoutier dit quelque chose du genre: Le fruit est au vin ce que le discourt est à la musique. Seules la texture et la saveur sont susceptible de mettre en valeur le terroir. D'après lui le fruit n'a d'intérêt que pour les vins à 3€...

Je dois reconnaître que j'ai vraiment du mal à comprendre ce type de remarque. Faudrait-il qu'un vin soit dénué de saveur fruitée pour être révélateur de son origine? Tien, j'ai utilisé le mot saveur! La saveur doit-elle être toujours autre que fruité alors que le vin est directement issu d'un fruit? Personnellement un vin qui n'offre que des saveurs de réglisse, de café, de poivre, de vanille, de bois, de suie, d'herbes, de pierre, de pluie, de champignon... s'il n'offre aucune saveur fruité ne me donne généralement qu'un plaisir limité, même s'il est vieux.

Afin d'enfoncer le clou M. Chapoutier dit même vinifier dans le but de contenir les arômes du vin (pour valoriser la texture?). Pourtant dans ce film on le voit souvent déguster dans des verres immenses qui n'ont que comme seul intérêt de valoriser les arômes!...

De mon point de vue il est tout aussi aberrant de vouloir restreindre les arômes fruités que de vouloir les exacerber. Pourquoi ne pas se contenter de mettre simplement en exergue la qualité du raisin? D'ailleurs le même M. Chapoutier dit quelque chose qui me parle bien mieux: Le travail à la vigne détermine la hauteur de l'échelle. Le vinificateur monte l'échelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Follow by Email