samedi 4 janvier 2014

Se contenter du meilleur

Cela faisait longtemps que Rémy et Nadine n'étaient pas venus manger à la maison. En plus, dans cette période de fête, j'y vis l'occasion de faire les choses bien, en tout cas au mieux. Au menu, poutargue à l'apéro, filet de loup en entrée et côte de bœuf avec une simple purée en plat. Simple mais tout au top. Pour les vins pareil, simple mais ce que j'ai de mieux dans ma cave: Le rosé du Roussillon Canta Mañana de Castex fût comme d'habitude à la hauteur de mes attentes en accompagnant super bien la poutargue mais également les olives au fenouil ou les tapas olives anchois. Le loup demandant un peu plus de finesse mais néanmoins de l'allonge, je choisis le Arbois-Pupillin chardonnay 2008 d'Houillon-Overnoy. Si l'accord fût bien sans être mémorable, le vin me sembla rayonnant de fraîcheur et de pureté tout en étant assez puissant et surtout bien long. Avec la côte de bœuf, pour moi c'est soit Rhône septentrional, soit Bourgogne. Cette fois-ci ce fut Nuits St. George Premier Cru, Clos des Corvées 1998 du domaine Prieuré Roch. Un vin encore jeune, presque un peu strict ,dont la structure tannique imposante se marie parfaitement au plat et dont les arômes floraux et épicés apportent une forme de plénitude. Trois super vins, trois bouteilles rincées...

7 commentaires:

  1. Ce blog est une grande inspiration. Habitant à New York, je suis content que tant de vos vins préferés sont parfois disponibles ici, même s'ils coûtent certainement plus cher. Je me demande si vous avez bu les vins d'Eric Texier, surtout les syrah?

    RépondreSupprimer
  2. Merci Ben pour ce message. Je suis bien content que mon blog puisse aider des amateurs habitant si loin. Mais New York est évidemment une ville singulière où l'on trouve beaucoup de choses; peut-être as-tu plus de possibilités que moi pour boire du vin nature. D'ailleurs y a-t-il des américains qui s'y mettent? (souvenir d'un beau riesling américain bu à New-York). En ce qui concerne Eric Texier je ne connais que de nom. Tu me conseille de gouter?

    RépondreSupprimer
  3. Oui, surtout dans le Californie, par exemple La Clarine Farm -- mais à New York les vins français coûtent tellement moins chers que les vins américains qu'on boit français! A propos d'Eric Texier, c'est un grand vigneron. Je vous conseille d'écouter cette interview (en anglais) avec lui:
    http://podbay.fm/show/538210866/e/1354635420?autostart=1

    Et en lisant les descriptions des vins de Texier sur le site internet de Chambers Street Wines (le caviste de vin nature le plus connu à New York), vous pouvez avoir une idée de leurs caractéristiques.

    RépondreSupprimer
  4. Je suis allé voir le site de Chambers Street Wines; il y a en effet un choix très intéressant. J'ai repéré en particulier le Fleurie 2010 de Michel Guignier à 18 dollars. Je paierais volontiers cette bouteille 18 euros si je la trouvais à Marseille.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis content que leur sélection vous intéresse! (Ils viennent de réduire le prix du Guignier. Je vais en acheter car j'ai beaucoup aimé son Moulin-à-Vent.) J'avais oublié de dire que l'autre vigneron dont on parle beaucoup à New York mais apparemment moins en France est Jean-Marie Fourrier.

    RépondreSupprimer
  6. En effet je ne connais pas Jean-Marie Fournier. Cela me fait penser que beaucoup de vignerons auxquels je rends visite me disent avoir été connus et reconnus d'abord à l'étranger et tout particulièrement au Japon et aux Etats Unis.

    RépondreSupprimer
  7. Il faut dire que je n'ai jamais acheté les vins de Fourrier comme ils sont maintenant assez chers. Ses vins sont connus en Angleterre aussi (d'où je viens). Il exporte 99% de sa production à l'étranger, ce que je trouve incroyable. Plus d'informations ici:
    http://brooklynguyloveswine.blogspot.com/2011/02/conversation-with-jean-marie-fourrier_28.html

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

Follow by Email