jeudi 26 septembre 2013

2009 en Beaujolais

Lors de la sortie des Beaujolais 2009 (je parle des crus, pas du bojo nouveau), tout le monde se battait pour avoir des bouteilles des domaines les plus réputés. Sous la pression les prix ont flambés (de 8 à 15euros par exemple). On parlait de millésime du siècle, certains disaient qu'il avait été impossible de louper un 2009, tout était au moins bon! Bref ce fût le délire.
Alors pourquoi une telle frénésie? La plupart des amateurs de vins dédaignent les vins du Beaujolais qui est souvent synonyme de petits vins friands que l'on boit au coin du bar. Le bojo nouveau n'a fait que rajouter une dimension de médiocrité voir de magouille à cette vision. Mais il est par ailleurs de bon ton d'être à contre courant. Dans cette perspective l'amateur un peu plus averti se fera un malin plaisir à servir un beaujolais à l'aveugle à un novice qui n'en croira pas ses yeux à la découverte de l'étiquette. Et il faut reconnaître qu'à cet effet les crus 2009 du Beaujolais sont de parfait candidats. Les robes sont sombres, les arômes confiturés et puissants, la bouche tannique et le degré élevé. Bref, cela ne ressemble pas trop à un Beaujolais.
Et bien moi, j'aime être à contre courant du contre courant: c'est un stade encore supérieur dans le snobisme! En effet j'aime le beaujolais pour ce qu'il est la plupart du temps, c'est à dire un vin fruité, frais, qui ne fatigue pas. Ceci n'exclut en rien une évolution positive des bouteilles sur quelques années même dans les millésimes difficiles. Parmi mes plus beau souvenir il y a par exemple les 2008 de Métras, de Chamonard et de Desvignes: des robes translucides, des arômes de fruits rouges et d'épices douces, de belles acidités et beaucoup de plaisir.
Néanmoins j'ai quelques 2009 dans ma cave dont ce Fleurie "En Rémont" de Julie Balagny. Y a pas à dire c'est bien un 2009!... Mais bon, après une bonne aération, tout de même, faut reconnaître que c'est pas mauvais, voir que c'est franchement bon. Du nez à la finale le vin est homogène, d'un bel équilibre, assez puissant, gourmand il finit frais sur la mûre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Follow by Email