lundi 17 juin 2013

Une parenthèse de deux semaines au Japon

Je n'y étais jamais allé, j'en avais très envie. Ça y est c'est fait. Deux semaines, c'est juste histoire d'avoir un petit aperçu de ce pays dont la longue histoire s'accommode si bien de la modernité. Durant ces deux semaines au Japon je n'ai pas bu de vin; le thé me semblait plus apte à accompagner mes repas. Pourtant, j'ai envie de parler de ce voyage ici car au niveau de la cuisine, ce voyage fût intense. Je pense qu'il marquera ma façon de cuisiner; très subtilement, comme l'est cette cuisine... Il n'y a pas de recherche de gourmandise dans cette cuisine mais plutôt une volonté d'équilibre et de complémentarité des textures, dont certaines comme le gluant peuvent nous déranger... Ensuite le goût de l'aliment, très travaillé (coupe et cuisson) est difficile à reconnaître. C'est plutôt l'ensemble du plat qui a son propre goût. Puis, il y a des saveurs inconnues, souvent issues de fermentation (comme le miso). À cause de la langue on ne sait pas toujours ce que l'on mange. Mais peu importe, l'idée étant de se laisser inspirer et surprendre. À noter également, surtout à Kioto, une recherche dans la présentation de la table et des plats: sobre et chic!
Sinon, il y a évidemment les sushis, qui même s'ils ne représentent qu'une petite partie de la cuisine japonaise, restent néanmoins inévitables. Et là, pour le coup, il y a le goût du poisson brut, la gourmandise des grosses tranches et la magnifique longueur en bouche du thon gras "otoro".
 

Sur un marché à Kyoto

No comment! une tuerie...

Sobre et chic

Au milieu de ce bento des céréales avec une sauce gluante; néanmoins très bon.
 
Plats en plastique destinés aux vitrines des restaurants (pas très chics).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Follow by Email