dimanche 17 juin 2012

Un rosé pas très rose

Tavel 2010 de l'Anglore: Samedi soir nous mangeons à Aix-en-Provence au Carton Rouge, un restaurant faisant également cave à vin, franchement orienté "nature". Beaucoup de plats sont alléchants, certains que nous accompagnerions bien d'un blanc, d'autres de rouge. Finalement nous choisissons un rosé; ce sera donc l'occasion de regouter le fameux Tavel de Pfifferling, considéré par beaucoup comme un grand rosé. Personnellement j'avais bu ce vin il y a maintenant un an, et je n'avais pas été emballé, sa puissance et sa richesse m'ayant dérangé. La patronne du Carton Rouge me rassure finalement en m'indiquant qu'il faut un peu attendre ce vin et qu'en l'occurrence ce 2010 commence à peine à bien se boire. La robe est vraiment foncée pour un rosé, même pour un Tavel. Le nez s'exprime sur des notes fraiches d'agrumes (orange, pamplemousse), très épicées (un peu de cannelle)... La bouche est riche mais surtout bien tendue et fraiche. C'est donc bien meilleur qu'il y a un an. Cependant, bien que très agréable, ce vin ne m'apporte pas l'émotion que la délicatesse des rouges du domaines peut me procurer.

Très bien à table avec des fleurs de courgettes farcies à la brousse, des sardines marinées, un tartare de veau à la coriandre et du thon mi-cuit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Follow by Email