vendredi 16 janvier 2015

Pour que le gamay soit mis dans la cour des grands

Il y a maintenant quelques années, lorsque j'ai commencé à m'intéresser au vin, j'ai appris qu'un certain duc de Bourgogne, Philippe le Hardi (1342-1404), fit interdire le cépage gamay au profit du pinot noir en Bourgogne. Tout bon spécialiste actuel du vin juge, ce premier décret alimentaire au monde, comme étant une avancé du bon gout. Ce fût d'ailleurs, alors que je n'étais en aucun spécialiste, ma première réaction. Pourtant, alors que je ne suis toujours pas spécialiste mais néanmoins plus aguerri, je commence à me demander si cela n'est finalement pas une bêtise.
Au cours des dernières années le prix des bourgognes rouges est devenu démentiel et par la force des choses j'ai cherché ailleurs des vins fins et frais. Assez rapidement, dans cette démarche, je suis arrivé dans le Beaujolais. J'ai débuté par les vignerons qui essayaient (sans succès) de faire des vins ressemblant à des bourgognes. Au cours du temps et des rencontres j'ai finalement découvert des vignerons assumant le cépage gamay et les terroirs du Beaujolais. On parle volontiers des différentes expressions que le vin pourtant issu d'un même cépage peut avoir en Bourgogne. Mais que devrait-on dire du Beaujolais; au moins la même chose! Et même remarque pour la qualité intrinsèque de ses vins magnifiques.
Ce week-end j'ai eu le plaisir de boire le fleurie "la grande rose" 2013 de Julie Balagny et le Moncailleux 2011 (un moulin à vent) de Michel Guignier. Ces deux vins, vinifiés sans ajout de soufre, démontrent dans un premier temps que les vins du Beaujolais peuvent être tout simplement exceptionnels. Dans un second temps ils démontrent que ces deux terroirs pourtant assez proches, offrent des expressions du gamay ultra différentes. Et finalement ils démontrent que les vins natures, bien qu'ayant un fruit frais et vivant nous rappelant le raisin, peuvent transporter autant voire plus de caractéristiques gustatives propres à leur parcelle que n'importe quel autre vin.

3 commentaires:

  1. Est-ce que La Grande Rose est 10.7% en 2013, comme En Remont?

    RépondreSupprimer
  2. Oui, en tout cas c'est ce qui est indiqué. C'est fou parce qu'il y a quelques années j'aurais été très septique quant à la qualité du vin en voyant un tel degré. Pourtant il est clair que ce vin est issu de raisins parfaitement murs. Je n'ose d'ailleurs imaginer ce qu'aurait perdu le vin en qualité de finesse et d'équilibre s'il avait été chaptalisé.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour le renseignement. Moi aussi, j'aurais été sceptique, surtout avant de gouter Ducroux pour la première fois.

    RépondreSupprimer

Rechercher dans ce blog

Follow by Email